La Cour constitutionnelle thaïlandaise donne des résultats et des dates futures sur plusieurs affaires majeures telles que Move Forward Party et le Premier ministre thaïlandais

National -

Le 18 juin 2024, la Cour constitutionnelle thaïlandaise s'est réunie pour délibérer sur plusieurs affaires très médiatisées, notamment la requête de la Commission électorale (CE) visant à dissoudre le Parti Move Forward (MFP), une affaire impliquant le Premier ministre Srettha Thavisin et le ministre Pichit Chuenban, les questions juridiques entourant Thaksin Shinawatra et l'élection des sénateurs.

Le tribunal a examiné la pétition de la CE visant à dissoudre le MFP, citant des allégations selon lesquelles le parti aurait tenté de renverser la monarchie et la gouvernance démocratique. Cette pétition faisait suite à une décision du 29 février 2024 selon laquelle la proposition du chef du MFP, Pita Limjaroenrat, de modifier l'article 112 constituait une tentative de renversement du gouvernement.

La demande de la CE comprend une interdiction de 10 ans pour les membres du comité exécutif du parti de se présenter aux élections ou d'enregistrer un nouveau parti. Le tribunal a ordonné la présentation de preuves supplémentaires d'ici le 3 juillet 2024 et a fixé une audience au 9 juillet 2024.

Dans une autre affaire importante, le tribunal a examiné la pétition présentée par le président du Sénat, soutenue par 40 sénateurs, contestant les qualifications du Premier ministre Srettha Thavisin et du ministre Pichit Chuenban.

La requête affirmait que la nomination de Pichit par Srettha violait les normes constitutionnelles en raison de la précédente peine d'emprisonnement de six mois de Pichit pour outrage au tribunal.

Le tribunal a rejeté la requête concernant Pichit mais a accepté celle concernant Srettha, exigeant les documents pertinents dans un délai de 15 jours pour un examen plus approfondi le 10 juillet 2024.

Srettha n'a pas assisté à l'audience d'aujourd'hui (19 juin) car il avait déjà pris un congé de maladie après avoir été testé positif au COVID-19.

Le tribunal a également examiné le cas de l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, qui fait face à des accusations en vertu de l'article 112. ou de lèse-majesté et du Computer Crimes Act pour diffusion de fausses informations.

Thaksin, actuellement en liberté sous caution avec son passeport confisqué, attend une audience d'examen des preuves prévue le 19 août 2024.

Enfin, le tribunal a examiné une affaire contestant la constitutionnalité des articles 36, 40, 41 et 42 de la loi organique portant élection des sénateurs.

La Cour constitutionnelle a statué à l'unanimité que ces dispositions ne contredisaient pas l'article 107 de la Constitution et que les élections sénatoriales en cours se dérouleraient normalement.

Lisez notre dernier article sur un politologue analysant les changements potentiels dans le paysage politique thaïlandais au milieu des poursuites judiciaires contre le Premier ministre et le parti Move Forward.

La version originale de cet article est apparue sur notre site Web partenaire, The Pattaya News, propriété de notre société mère TPN media.

Inscrivez-vous
Goongnang Suksawat
Goong Nang est un traducteur de presse qui a travaillé professionnellement pour plusieurs agences de presse en Thaïlande pendant de nombreuses années et a travaillé avec The Pattaya News pendant cinq ans. Se spécialise principalement dans les informations locales sur Phuket, Pattaya, ainsi que dans certaines informations nationales, en mettant l'accent sur la traduction du thaï vers l'anglais et en travaillant comme intermédiaire entre les journalistes et les écrivains anglophones. Originaire de Nakhon Si Thammarat, mais vit à Phuket et Krabi, sauf lors des déplacements entre les trois.