La Thaïlande pourrait-elle vraiment introduire un visa de type Schengen pour certaines parties de l’Asie du Sud-Est ?

Au cours des derniers jours, le Premier ministre thaïlandais, Srettha Thavisin, a clairement indiqué qu'il avait l'intention de poursuivre ses projets visant à créer un visa révolutionnaire de type Schengen (mais avec quelques différences majeures, continuez à lire) pour la Thaïlande et certaines parties de l'Asie du Sud-Est.

Nous avons couvert l'annonce originale que vous pouvez lire ici dans notre article précédent si vous n'êtes pas familier avec la proposition et le sujet avant de poursuivre nos réflexions.

Cette proposition est également, à bien des égards, une proposition sœur du projet de l'Autorité du tourisme de Thaïlande visant à étendre les visas touristiques de 90 jours de la Russie uniquement à de nombreux autres pays. comme le Royaume-Uni et les États-Unis, comme nous en avons discuté ici dans cet article.

Cela fait également partie d'une stratégie globale du Premier ministre Srettha et du gouvernement relativement nouveau visant à rendre les choses aussi faciles que possible pour le tourisme et à supprimer tous les obstacles potentiels au tourisme, comme la proposition pour enfin se débarrasser de l'impopulaire interdiction de vente d'alcool l'après-midi en Thaïlande, comme nous en avons discuté ici.

La Thaïlande a également récemment signé un accord avec la Chine permettre une entrée réciproque sans visa, dans l'espoir de réduire les obstacles rencontrés par les visiteurs chinois souhaitant venir en Thaïlande.

L’idée d’un visa de type Schengen n’est pas nouvelle et a déjà été discutée, mais il existe évidemment de nombreux obstacles potentiels à surmonter pour aller de l’avant avec une telle proposition. Srettha, cependant, s’est montré disposé à le faire. Il a récemment eu des discussions avec les autorités laotiennes à ce sujet et avec le dirigeant cambodgien en visite cette semaine, Srettha a déclaré aux médias que le programme de visas partagés serait un sujet de discussion majeur, au même titre que la pollution de l'air.

La proposition, et nous tenons à préciser qu'il ne s'agit que d'une proposition et non d'une garantie ou quoi que ce soit de gravé dans le marbre, verrait les visiteurs en Thaïlande être également autorisés à visiter le Cambodge, le Myanmar, le Laos, le Vietnam et la Malaisie avec un visa et un timbre. Contrairement à Schengen, le touriste devrait d’abord passer par la Thaïlande comme une sorte de HUB, et ne pourrait pas obtenir le même visa partagé en entrant initialement dans l’un des autres pays. Cela confierait également la part du lion du travail à la Thaïlande en matière de contrôle de sécurité des visiteurs, mais éviterait également que les gens choisissent potentiellement le pays avec les restrictions d'entrée les plus légères pour ensuite visiter les autres, un problème antérieur courant avec le visa Schengen.

Les premières discussions auraient été positives, mais il reste beaucoup de travail à faire et de nombreuses inquiétudes (surtout en ce qui concerne la possibilité d'inclure le Myanmar, dont le gouvernement dirigé par la junte n'est pas officiellement reconnu par la plupart des autres gouvernements et qui est essentiellement engagé dans une guerre civile contre le Myanmar). plusieurs fronts.)

La réponse des lecteurs de TPN Media sur nos réseaux sociaux a été presque universellement positive, même si certains ont exprimé leur inquiétude quant au fait que le visa pourrait coûter de l'argent et mettre fin à l'entrée gratuite en Thaïlande. Bien entendu, ce ne sont que des spéculations.

La Thaïlande pourrait-elle vraiment faire cela et introduire ce type de visa ? Oui, et Srettha ayant une formation en affaires et non en politique, en fait une priorité. Mais est-ce que cela arrivera ? Cela reste à voir, mais nous continuerons à couvrir cette histoire passionnante ici sur TPN Media. Dites-nous ce que vous en pensez en nous envoyant un mail à [email protected].

La version originale de cet article est apparue sur notre site Web partenaire, The Pattaya News, propriété de notre société mère TPN media.

Goongnang Suksawat
Goong Nang est un traducteur de presse qui a travaillé professionnellement pour plusieurs agences de presse en Thaïlande pendant de nombreuses années et travaille avec The Pattaya News depuis plus de quatre ans. Se spécialise principalement dans les informations locales sur Phuket, Pattaya, ainsi que dans certaines informations nationales, en mettant l'accent sur la traduction du thaï vers l'anglais et en travaillant comme intermédiaire entre les journalistes et les écrivains anglophones. Originaire de Nakhon Si Thammarat, mais vit à Phuket et Krabi, sauf lors des déplacements entre les trois.