Le ministre thaïlandais de la Santé publique réitère qu'il ne faut pas revenir en arrière sur la dépénalisation du cannabis ou reclasser la plante comme stupéfiant illégal

Bangkok -

Le ministre thaïlandais de la santé publique et chef du parti Bhumjaithai, Anutin Charnvirakul, a en outre répondu à la déclaration des partis d'opposition pour abandonner le projet de loi actuel sur la marijuana et le chanvre de la santé publique et reclasser la plante comme un stupéfiant jusqu'à ce que le projet de loi soit promulgué, ce qui pourrait prendre des mois en raison de l'impasse actuelle.

Anutin a déclaré que la reclassification du cannabis en tant que stupéfiant est impossible et que les lois temporaires régissant la marijuana, telles que l'interdiction de vente pour les moins de vingt ans, ont déjà été correctement mises en œuvre après une résolution de la Commission de contrôle des stupéfiants (NACC), comme proposé au ministre de la santé publique.

Anutin a déclaré: «Nous avons déjà des réglementations de santé publique pour la marijuana qui sont toujours en vigueur, telles que des réglementations interdisant de fumer en public en vertu d'ordonnances sur le tabagisme nuisible. Nous avons déjà préparé une objection pour mettre fin à la période de dépénalisation actuelle ou reclasser le cannabis comme stupéfiant lorsque le projet de loi a été proposé au Parlement. C'est l'une des raisons pour lesquelles le ministère de la Santé publique doit accélérer l'annonce du projet de loi sur la consommation de marijuana.

« Si nous reclassons le cannabis comme stupéfiant, même temporairement, en ramenant d'éventuelles peines de prison prolongées et de lourdes amendes, alors devons-nous remettre en prison tous les prisonniers précédemment libérés accusés d'affaires liées à la marijuana ? Serions-nous en train de chasser les millions de Thaïlandais avec une seule plante et de les jeter en prison ? Devrions-nous fermer toutes les plantations du pays, quel que soit leur usage ou leur objectif, affectant plus d'un million de Thaïlandais ? Des dizaines de milliers de nouvelles entreprises devraient-elles fermer, mettant les Thaïlandais au chômage ? Ces personnes seraient-elles alors aussi des criminels, même temporairement ? Et, il y aurait beaucoup plus de choses à réinterpréter si nous écoutions l'opposition et faisions à nouveau du cannabis un stupéfiant. Revenir en arrière n'est pas une option.

Anutin a également déclaré à l'Associated Press qu'il rencontrerait le chef adjoint du Parti démocrate, Satit Pitutacha, suite à la nomination du chef adjoint pour créer une compréhension mutuelle à la suite du conflit entre le parti Bhumjaithai et le parti démocrate sur le projet de loi sur le cannabis et le chanvre.

Anutin a déclaré à l'Associated Press qu'il n'y avait pas de désaccord personnel mais qu'il s'agissait plutôt de la décision de chaque parti politique.

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=–=–=–=–==-

M. Adam Judd est copropriétaire de TPN media depuis décembre 2017. Il est originaire de Washington DC, en Amérique. Il a une formation en ressources humaines et en opérations et écrit sur l'actualité et la Thaïlande depuis une décennie maintenant. Il vit à Pattaya depuis environ huit ans en tant que résident à temps plein, est bien connu localement et visite le pays en tant que visiteur régulier depuis plus d'une décennie. Ses coordonnées complètes, y compris les coordonnées du bureau, se trouvent sur notre page Contactez-nous ci-dessous. Histoires s'il vous plaît e-mail [email protected] À propos de nous : https://thephuketexpress.com/about-us/ Contactez-nous : https://thephuketexpress.com/contact-us/